Un petit ami trop parfait ?

Un petit ami trop parfait ?


Résumé :

À 16 ans, Iroha n’a encore jamais connu le sentiment amoureux. Un jour, elle fait la connaissance de Haruki, un camarade de classe, qui déclare avec amertume que l’amour est vain, il a déjà eu trois petites amies et sa dernière histoire s’est mal terminée. Très vite, Iroha se rend compte qu’elle est amoureuse de lui… et réciproquement, car Haruki n’est pas insensible au charme de la jeune fille. La déclaration d’amour faite, les voilà en couple ! Haruki semble parfait, mais c’est loin d’être le cas. Jalousie, quand tu nous tiens…

Avis principal par Aela

Un petit ami trop parfait ? est la nouveauté shôjo des éditions Kana de l’automne 2019. Ce manga est signé Mizuki Hoshino, autrice déjà publiée en France avec le titre Mon Ex, qui est terminé en 2 tomes, également aux éditions Kana. Toujours en cours de prépublication au Japon, depuis 2018, dans le magazine Margaret sous le titre Miniamaru Kareshi, il compte pour le moment 5 tomes. Ceux et celles qui ont l’habitude de lire mes chroniques savent que j’ai une appétence toute particulière pour la ligne éditoriale de Kana, sauf que là, le titre ne me parlait absolument pas et le résumé encore moins puisqu’il fleurait bon l’héroïne complètement cruche ascendance mièvre. Mais, je sais parfaitement qu’il ne faut pas que je m’arrête à un titre et à un résumé car je peux très bien avoir une bonne surprise à la lecture. Est-ce que ce fut le cas ? Telle est la question…

Un petit ami trop parfait ? raconte donc l’histoire de Iroha, jeune lycéenne de 16 ans, qui désespère de ne pas trouver l’amour, jusque là, je retrouve l’archétype de l’héroïne shôjo sauf que ce j’ai trouvé intéressant dans sa personnalité, c’est qu’elle ne comprend pas le sentiment amoureux et se demande ce qu’est l’amour… Face à elle, débarque, Haruki qui lui est désabusé concernant la question amoureuse puisqu’il considère l’amour comme vide. En écrivant ces quelques lignes, je me rends compte que finalement les deux héros sont tout de même classique de chez classique. Surtout que tout va très vite dans ce premier tome, enfin, surtout dans le premier chapitre puisque dans l’ordre, c’est la rentrée, Iroha se retrouve gentiment propulsée déléguée par le prof, Haruki se propose en délégué-adjoint, ils discutent de l’amour et Iroha avoue ses sentiments à la fin du chapitre… Je n’ai rien contre le fait que ça aille vite tant que le scénario tient la route derrière (Cf Irrésistible)… Les différentes situations développées dans ce premier tome restent très classiques, le karaoké, l’anniversaire des 1 mois, le rattrapage mais il y a un petit élément très intrigant dans la personnalité de Haruki qui vient rapidement troubler tout ça…

Sur ce premier tome, j’ai trouvé Iroha parfois trop naïve dans son comportement et dans ses réactions, elle subit plus qu’elle n’agit même si il lui arrive quand même d’avoir des fulgurances concernant la façon d’être de Haruki, elle sent que certaines choses clochent ou vont trop vite, mais en étant novice en amour, elle ne sait pas trop si c’est normal ou non. J’ai trouvé la personnalité de Haruki plus intéressante, il se définit lui-même comme un gros lourd, il est très loin des stéréotypes « héros de shôjo »… En fait, c’est un psychopathe -_-‘ Il est hyper possessif, il n’hésite pas à carrément espionner Iroha, voire menacer, si besoin, les éléments perturbateurs et il est parfaitement conscient de ce défaut, il met la pression sur la pauvre Iroha qui se sait vraiment rien des relations amoureuses, alors gérer un mec comme Haruki, c’est très très compliqué. En même temps, y’a-t’il un moyen de gérer ce type de garçons ? Mizuki Hoshino ne traîne pas dans le développement de son scénario puisque le rival amoureux pointe déjà le bout de son nez à la fin du tome. A voir si ce nouveau personnage va entraîner Haruki dans une spirale infernale de possessivité et de jalousie ou au contraire va le pousser à se remettre sérieusement en question.

Pour le coup, à la lecture de ce premier tome, les deux questions qui me viennent à l’esprit est : « Est-ce que le titre va s’orienter vers une relation toxique entre Iroha et Haruki ? » ou « Est-ce que Iroha sera celle qui arrivera à faire changer Haruki ? »… Je me demande quelle direction va prendre Mizuki Hoshino pour faire évoluer ses personnages, je me demande si elle va éviter l’écueil des situations malaisantes et d’un mauvais message auprès des jeunes lectrices… Un premier tome que j’ai trouvé intrigant et pas inintéressant sur son développement malgré l’enchaînement classique des événements.

Pour finir, j’ai bien aimé le trait de la mangaka même s’il reste très shôjo, le découpage est dynamique et le rendu plutôt chouette. La lecture est fluide.

Je ne misais pas grand-chose sur ce titre et finalement, je suis curieuse de lire le tome 2.

Chronique réalisée grâce au service presse Kana.

  • Scénario
  • Dessin
3.3

En conclusion

Un premier tome intrigant qui invite à lire la suite.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)