Yûna de la pension Yuragi

Yûna de la pension Yuragi


Résumé :

Depuis tout petit, Kogarashi a toujours été la proie des esprits malins qui lui ont rendu la vie impossible. Pour se protéger, il a appris à les exorciser… à coups de poing ! À la recherche d’un logement bon marché, ce jeune medium sans le sou déniche enfin un bon plan : s’il débarrasse la luxueuse pension Yuragi du fantôme qui la hante, il y sera logé à vie gratuitement ! Seul ombre au tableau : Yûna, le fantôme en question, est une jeune fille, gentille et trop mignonne pour être exorcisée à coups de poing ! Il décide alors de l’aider à rejoindre le paradis en dissipant ses regrets.
Entre les résidentes de la pension, ninjas ou créatures surnaturelles, et le jeune lycéen, les situations compromettantes s’enchaînent !
Source : Pika

Avis principal par Maccha

Yûna de la pension Yuragi fait partie des séries de comédie romantique shônen avec un côté ecchi où on a un personnage masculin qui se retrouve au milieu d’une multitude de filles aux caractères et physiques différents, avec une touche de fantastique en plus.

On suit Kogarashi, un garçon devenu un médium après avoir passé une enfance difficile ayant un corps qui se faisait facilement possédé par des esprits. Aujourd’hui il sait combattre les esprits en les cognant et s’il réussit à débarrasser la pension Yuragi du fantôme qui la hante, il aurait droit à une cohabitation gratuite à vie avec les locataires. Or impossible pour lui de se débarrasser ainsi de Yûna, le fantôme en question, une jeune fille bien mignonne et sympathique. Kogarashi décide donc de l’aider à dissiper ses regrets pour qu’elle puisse enfin partir, d’autant plus qu’un esprit qui reste longtemps sur terre risque de devenir malin et finir par aller en enfer.

Dès la sous-couverture, on comprend qu’on va lire un manga ecchi avec beaucoup de nudité. A noter que le manga est marqué pour un public averti -16. Le héros se trouve souvent dans des situations embarrassantes avec les personnages féminins, par accident ou maladresse. Tout prétexte est bon pour le mangaka pour montrer les personnages féminins dénudés, souvent aux formes généreuses. Cela crée des situations grotesques.

Malgré la présence d’ecchi trop dominante à mon goût, j’ai bien aimé ce premier tome qui me rappelle un peu Love Hina avec la pension et Ah! My Goddess avec le côté fantastique. A part Yûna, on voit également d’autres créatures légendaires du folklore japonais. J’ai bien aimé cette ambiance surnaturelle.

Yûna est un personnage attachant, contente d’avoir un ami avec qui parler. Kogarashi est aussi plutôt cool et gentil même s’il se trouve dans des situations embarrassantes malgré lui. Les trois autres locataires et la concierge de la pension sont également des filles avec des personnalités diverses qui réservent quelques surprises. Alors que les gags commencent à devenir quelque peu répétitifs dans la pension, dans la deuxième partie du tome Kogarashi commence sa vie lycéenne, heureux d’avoir enfin une vie d’adolescent normal. C’est sans compter sur Yûna qui veut l’accompagner et lui met dans des situations délicates avec une jolie lycéenne.

Que ce soit donc dans la pension ou au lycée, dès le premier tome on rencontre plusieurs personnages féminins idéaux pour un manga « harem ». Cependant, le héros ne semble pas être attiré particulièrement par elles et on imagine qu’il s’intéressera de plus en plus par Yûna. Dans ce cas, peut-on imaginer une fin heureuse avec un fantôme ? On a envie de savoir où tout cela va nous mener et apprendre ce qui est arrivé à la jeune fille et quels sont ses regrets. Je trouve que cela rend le récit un peu touchant, comme la fin de ce premier tome.

L’édition Pika est de bonne qualité. J’aime bien les couleurs utilisées pour la couverture. Au niveau des dessins, le graphisme est plutôt agréable.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 2 par Maccha

Yuna de la pension Yuragi T2

Dans la première partie de ce tome, on en apprend un peu plus sur les colocataires de la pension. Kogarashi s'approche un peu plus de Sagiri, Yaya et Nonko en les offrant ses services pour diverses occasions. De son côté, Yûna s'approche de Chisaki, la camarade de classe de Kogarashi qui veut bien communiquer avec elle même si elle ne peut la voir.

Dans la deuxième partie, on rencontre d'autres créatures légendaires, un seigneur dragon qui cherche une épouse et son mystérieux serviteur. Leur chemin croise celui de Yûna et Kogarashi doit la sauver de leurs griffes avec l'aide de ses colocataires.

Dans ce tome, la relation Yûna et Kogarashi est plutôt mise de côté, ainsi que l'histoire et l'origine des regrets de notre fantôme. Cependant c'est aussi sympa de voir le héros se rapprocher des autres personnnages et d'en savoir plus sur les autres pensionnaires. J'aime bien l'ambiance conviviale et chaleureuse de la pension. L'humour est toujours présente et on passe un bon moment de lecture.

Cependant, il faut avouer, l'ecchi est très présent dans cette série et dans ce tome encore toute occasion est utilisée pour montrer les filles dénudées, surtout dans un chapitre où Kogarashi se trouve malgré lui dans le bain des filles, dans des situations bien grotesques. Pour ceux qui aiment le fanservice, c'est peut-être un point positif. De mon côté, je trouve que c'est un peu excessif et agaçant par moment. Heureusement, la lecture reste plaisante.

 

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 3 par Maccha

Yuna de la pension Yuragi T3

Le tome commence avec l'arrivée de Chisaki dans la pension pour rendre visite à Yûna et Koyuzu. Le début du chapitre est sympathique avec la rencontre des autres pensionnaires mais
par la suite celà devient presque un hentai lorsque Chisaki passe la nuit dans la pension. L'ecchi est vraiment excessif et m'a mise très mal à l'aise. La seule chose plaisante est la réaction de Kogarashi, contrastant avec l'opinion de Chisaki sur les garçons, inculquée par sa mère.

Ensuite, on a un petit chapitre sympathique où on assiste au quotidien secret de Chitose, la gérante de la pension. J'ai bien aimé ce chapitre, où pour une fois il n'y a pas d'ecchi. Comme quoi, le mangaka est capable d'en faire sans.

Puis on suit d'autres péripéties plus ou moins sympathiques où Kogarashi aide une amie de Chisaki à se débarasser d'un esprit malin, alors que Oboro, la nouvelle arrivée dans la pension, essaie de comprendre le fonctionnement des contacts humains, et enfin, un voyage scolaire où les filles essaient d'aider Kogarashi à être pris au sérieux par ses camarades de classe. J'ai plutôt apprécié ces moments. Cependant le mangaka ne nous épargne pas des prétextes pour le fanservice, comme un chapitre pour le shopping du maillot de bain, un monstre à tentacules qui s'attaque aux filles, ou le dernier chapitre bonus où on voit Yûna et Chisaki dans des déguisements sexy.

J'ai moins apprécié ce tome par rapport aux deux premiers. J'imagine que l'intrigue
principal avancera lentement et on verra des péripéties de ce genre pendant longtemps. Le côté ecchi commence à être lourd. Pourtant le mangaka est capable de faire des chapitres sans. J'espère donc qu'il dosera mieux cet aspect pour ne pas retomber dans la vulgarité.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 4 par Maccha

Yuna de la pension Yuragi T4

Après un tome 3 moyen, ce tome 4 est plutôt plaisant à lire. Bien sûr, il y a toujours un fan service important et des scènes improbables et ridicules pour montrer des filles dénudées, mais il y a aussi des moments touchants et mignonnes, notamment entre Yûna et Kogarashi, et quelques scènes drôles.

On suit le voyage de la classe de mer qui se termine sur une scène mignonne avec Yûna et Kogarashi que j'ai bien aimée. Ensuite, après un chapitre où un philtre d'amour manque sa véritable cible, Kogarashi et Yûna aident un couple de fantômes à se réunir. Cette partie est plutôt touchante et permet de comprendre comment les fantômes qui doivent affronter la solitude deviennent des esprits malins. Pendant ce temps, la petite Koyuzu passe l'été chez Chisaki et sa mère. Bien que son obsession pour des poitrines est un peu lourde, c'est un chapitre mignon. Enfin, un nouveau personnage fait son apparition, Hibari, la cousine de Sagiri, qui veut rivaliser avec elle dans tous les domaines possibles. Le tome se clôt avec un chapitre faisant un petit clin d'oeil à "Stop! Hibari-kun" avec un Kogarashi toujours aussi admirable.

On imagine qu'il y a encore un long chemin à parcourir pour découvrir les regrets de Yuna qui l'empêcheraient d'aller au-delà et on se demande si c'est vraiment la peine finalement, vu qu'il semble qu'il y ait peu de risques qu'elle devienne un esprit malin. Le mangaka pourra donc faire durer ainsi son manga pendant longtemps, voir conclure avec une fin ouverte et j'espère que cela ne sera pas le cas.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 5 par Maccha

Yuna de la pension Yuragi T5

Après un tome 4 sympathique, je trouve ce tome 5 plutôt décevant. On retrouve des chapitres anecdotiques, avec Yaya et les chats, Oboro qui vient jusqu'au lycée pour mieux harceler Kogarashi, des filles dans des costumes de girls band ou un chapitre d'halloween qui est plutôt sympathique au départ, mais qui se termine encore sur du fan service excessif... Le seul chapitre que j'ai vraiment apprécié est celui de l'anniversaire que j'ai trouvé bien touchant.

Alors qu'on venait de la rencontrer au tome précédent, Hibari fait déjà la couverture de ce tome et rejoint les autres dans la pension Yuragi. Encore un personnage complexé par ses petits seins même si c'est un personnage mignon.

La fin du tome marque le festival culturel du lycée. Malgré des scènes de fan service absurdes, j'ai bien aimé cette partie où Yûna se fait acceptée par les autres. C'est un personnage adorable et touchant. J'aimerais voir plus de scènes tendres avec elle et Kogarashi.


Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 6 par Maccha

Le tome débute avec le spectacle de la classe lors du festival culturel. L'illustration de ce chapitre avec Yûna en petite sirène est vraiment jolie, comme dans un livre de conte. J'ai aimé ce chapitre où Yûna prend conscience de ses sentiments et on voit qu'elle souffre finalement de son état de fantôme. C'est à la fois triste et touchant mais grâce à Chisaki, le chapitre se termine sur de l'espoir. Chisaki est bien admirable dans ce tome et doit aussi faire face à ses sentiments.

Malgré leur rivalité, l'amitié reste importante entre les filles. Seule Sagiri ne semble pas encore assez honnête envers elle-même. Je trouve aussi Hibari bien mignonne et c'est fâcheux que ses efforts se terminent dans des situations improbables et aussi ridicules. J'ai aussi bien apprécié Nonko pour une fois, quand elle parle à Hibari comme une adulte. C'est un personnage qui est laissé de côté pour le moment, tout comme Chitose. Même si elle crée souvent des situations embarassantes pour les autres, Koyuzu est aussi mignonne et heureusement le mangaka reste assez pudique sur elle.

Enfin, le tome se termine sur une sortie de Kogarashi avec une Yûna adorable. La fin du chapitre semble nous annoncer un tome 7 riche en révélations, en espérant que ce n'est pas juste une fausse piste.

A part les deux chapitres dérisoires de Koyuzu en petite sorcière et le jeu à gages coquins, c'est un bon tome riche en émotions, avec des personnages qui prennent conscience de leurs sentiments.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

Une comédie sympathique avec une ambiance fantastique plaisante. Il y a cependant trop de scènes sexy et improbables pour montrer des filles dénudées dans des situations embarrassantes.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)