Code Geass – Akito the Exiled

Code Geass – Akito the Exiled

Avis principal par Missmatsu

Résumé : Europe, 2017, Saint-Pétersbourg, une mission de sauvetage de la part de l’UE tourne court après avoir été interceptée par les forces britanniques. La division spéciale W-0, commandée par Leila Malcal, est alors envoyée en renfort sans tenir compte du nombre d’ennemis. Bilan : sur les onze jeunes Japonais composant la force d’attaque, un seul survivra : Akito Hyuga. Mais face au conflit qui promet de gagner en intensité, Leila va devoir reformer l’unité W-0 pour continuer la lutte contre l’empire de Britania. Source : Animeka

 

Après le coup de cœur qu’avais été Code Geass pour moi, j’avoue que j’avais hâte de voir ces OAV, qui était désignée comme la nouvelle merveille des studios Sunrise. Bon, si je ne suis pas non plus complètement convaincue, certains éléments m’ont fait apprécié l’OAV, malgré quelques défauts que je citerais plus tard…

Pour la trame, nous nous éloignons donc un peu de Lelouch et de ses adeptes pour nous concentrer sur un aspect qui n’est, au final, pas si représenté que ça dans Code Geass, à savoir, la guerre. En y repensant, dans cette première série, on se concentre bien peu sur cette face de l’histoire, favorisant les personnages principaux aux scènes d’actions.

Nous sommes donc très vite plongés dans cet univers qui se fait quelque peu oppressant, par son ambiance chaotique, mais bien menée. Personnellement, j’ai trouvé que tout cela était nécessaire pour nous mettre dans le bain et donc, comme je l’ai dit plus haut, approfondir ce point qui se faisait plus discret dans la première série; ou du moins uniquement par le biais de Suzaku. Mais avec ce dernier, on ne peut pas vraiment dire que l’on pouvait ressentir la pression que l’on peut éprouver ici, comme celui-ci était d’une habileté hors norme.

Je suis arrivée au point où je suis dans l’obligation de vous parler de ce qui m’a déplu… Et je risque d’être sévère ^^. Tout d’abord, on ne retrouve pas pour le moment le charme qui avait fait de Code Geass un tel succès. Il faut dire qu’au fond, Code Geass est un grand mélange d’action et d’humour, mais elle contient également des réflexions plus profondes, qui séduiront un public encore plus large.
Et puis, Sunrise a fait l’erreur à ne pas faire vis à vis du public Européen… Se concentrer une nouvelle fois sur des Japonais ! Par le plus « grand hasard » le héros est donc un soldat japonais, qui combat pour son peuple japonais, qui va rencontrer des terroristes japonais qui, eux, n’ont rien de mieux à faire que de militer pour leur liberté… En France. Bref, quelques soucis d’incohérences et un focus sur le Japon un peu pesant.
Et puis, il y en a une dernière sur les Geass… Si dans la première série, nous en rencontrons toute sorte, d’origine et de fonction différente, les seuls qui sont apparus pour le moment sont strictement les même que celui de Lelouch… Un peu regrettable, mais je vais vous préserver d’une autre tirade, pour votre bien.

Péripéties mouvementées et parlotte (parfois occupant une bien grande place, je l’accorde) se mêlent toutefois ici, à travers des nouveaux personnages que l’on découvre au fur et à mesure. Pour ceux-ci, je dois avouer que les connaître au fil de ces 50 minutes a été une réelle partie de plaisir (et je parle ici sans ironie). Bon, pour nos deux héros, on ne peut pas vraiment parler d’innovation.

Nous avons Leila Malcal, visiblement mi Européenne – mi Japonaise (quand je vous disais que le hasard fait bien les choses) : une combattante hors paire, à la tête d’une petite équipe. Si on n’en sait au final, peu sur elle, reste que ce personnage me semble bien lancé.
Ensuite, nous avons son garde du corps, Hyuga Akito, attrait principal de la série. Pour le moment, cet énigmatique jeune homme reste renfermé et silencieux envers sa patronne, mais l’on commence tout juste à découvrir de nouvelles facettes de sa personnalité.
En vérité, c’est leur relation qui s’annonce d’ores et déjà intéressante. Dans mes espoirs pour la suite, j’aimerais réellement voir une évolution des personnalités de ces deux protagonistes, en tout cas.
Dans l’immédiat, les terroristes sont présentés comme de futurs alliés, mais je reste un peu en suspens si l’on peut dire… Bref, je ne sais pas trop quoi en penser pour le moment, si ce n’est que leur chef m’a paru sympathique.

Bon, pour le mot de la fin, je vais me laisser un peu emporter puisqu’on peut voir que… Suzaku et C.C. vont faire leur come back! J’ai vraiment hâte (et un peu peur en même temps) de voir comment ils y seront amenés, d’autant plus que l’on ne perçoit que très peu d’allusions, mis à part la trame principale bien évidemment, à Code Geass.

 

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

Pour le moment, on peut dire que je suis plutôt mitigée. A la fois séduite par la globalité de l’OAV qui nous fait face mais déçue pour de nombreux points, qui m’obstruent mon plaisir de retrouver cette série.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)