Golden Kamui

Golden Kamui

Avis principal par Beldaran

Résumé : Surnommé « l’Immortel », Saichi Sugimoto est un ancien soldat ayant survécu à la guerre meurtrière qui s’est déroulée au début du XXe siècle entre le Japon et la Russie. À présent, il se retrouve seul dans l’immense étendue désertique du nord du pays et il a besoin de beaucoup d’argent pour un but bien précis. La découverte d’une carte l’emmène sur les traces d’un trésor, 75 kilos d’or accumulé par le peuple autochtone des Aïnous… Source : Crunchyroll

En 2016, grâce aux éditions Ki-oon, nous avons pu découvrir le manga dont je réalise que je n’ai lu que le tome 1. L’adaptation animée s’annonce fidèle et couvre me semble-t-il le manga jusqu’au chapitre 62 qui correspond au tome 7. J’ai trouvé la série animée plus prenante et alternant parfaitement l’aspect culturel et recherche au trésor.

L’histoire nous entraine au cœur de la région septentrionale du Japon, à Hokkaido, à la fin de la guerre russo-japonaise pour la possession de la Mandchourie. Nous découvrons un soldat, Sugimoto, que le hasard entraine sur les traces d’un trésor Aïnou et il n’est pas le seul à s’y intéresser. C’est une quête parsemée d’embuches qui attend notre héros, surtout que l’or est également convoité par l’armée pour une raison qui se dévoile au fil des épisodes et qui nous permet de mieux comprendre la position du Japon en ce début du XXe siècle. La rencontre de Sugimoto avec la jeune Ashirpa introduit la culture aïnou dans le récit. Il s’équilibre ainsi, entre l’intrigue principale, la quête du trésor et la découverte d’un peuple avec ses techniques de chasse et ses techniques de chasses (oui, cela peut être lassant à force, même si d’autres aspect de la vie des aïnous sont également abordés) avec l’aspect culinaire qui va avec.

Cependant, cette quête au trésor s’avère tortueuse et tordue de par la matière dont est constituée la carte mais je ne vous en dis pas plus. Elle est également tordue car elle réunit de multiples psychopathes, cela saigne pas mal, malgré quelques traces de censure mais vous êtes prévenu, la sauvage Hokkaido ne se laisse pas approcher facilement. Si le ton de l’histoire se veut plutôt sombre, il est allégé par de nombreuses pointes d’humour.

Les personnages sont particulièrement nombreux. Sugimoto, surnommé l’Immortel, suite au conflit franco-russe, est à la recherche d’argent pour respecter une promesse. Il est hanté par le champ de bataille et quand il s’agit de protéger un ami ou de survivre, il se transforme en véritable bête. La transformation est saisissante, surtout que c’est un homme gentil et curieux. Il fait équipe avec une jeune aïnou Ashirpa qui maîtrise la vie en forêt comme personne. Son passé se dévoile dans les derniers épisodes et modifie quelque peu sa quête aux côtés de Sugimoto. Ils forment un duo attachant. Ils sont rejoints assez rapidement par un troisième larron, assez amusant, dont je vous laisse le plaisir de la découverte. Du côté des ennemis, il y en a un particulièrement charismatique, d’un certain âge que je ne m’attendais pas à trouver dans le récit.

En ce qui concerne l’animation, elle est en dents de scie et l’utilisation de la CGI pour les animaux détonne fortement. Je trouve que cela manque un peu de panache, certaines scènes restent plus percutantes dans le manga. Les musiques sont très sympas. J’ai adoré l’opening et l’ending.

Fiche réalisée grâce au service de presse de Crunchyroll.

  • Scénario
  • Dessin
3.3

En conclusion

Golden Kamui propose une première partie emballante avec des personnages attachants. Vivement la saison 2.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)