Jojo’s Bizarre Adventure – Golden Wind

Jojo’s Bizarre Adventure – Golden Wind

Avis principal par Beldaran

Résumé : Kôichi Hirose est envoyé à Naples en Italie pour retrouver la trace de Haruno Shiobana. Il découvre qu’il vit sous le nom de Giorno Giovanna. Son ambition est de devenir le parrain du groupe mafieux Passione afin de convaincre ses membres de l’aider à éradiquer la criminalité dans la ville… Source : Crunchyroll

Le studio David production poursuit l’adaptation de la saga Jojo’s Bizarre Adventure avec la partie 5, Golden Wind. 36 épisodes ont été diffusés sur les 39 annoncés, ce qui vous laisse largement le temps de rattraper tout ça, si vous n’avez pas encore commencé le visionnage de cette partie. J’ai débuté le manga par cet arc que j’ai vraiment apprécié donc je suis très heureuse de constater que l’adaptation est à la hauteur.

Deux ans après les événements de Diamond is Unbreakable, l’histoire se déplace en Italie, pays cher au cœur d’Araki et n’en bougera pas mais nous visitons des lieux magnifiques. Nous découvrons un nouveau Jojo ou plutôt GioGio, Giorno Giovanna. Il n’est pas un descendant de la lignée des Joestar mais est lié à cette famille. Je n’en écris pas plus. GioGio a un rêve démesuré, prendre la tête de la Passione, organisation mafieuse tentaculaire qui touche à tout, afin d’assainir sa ville. Pour se faire, il doit intégrer le groupe mais la tâche s’annonce ardue. Ce postulat de départ se transforme plus l’histoire avance, grâce à de multiples rebondissements et la tension monte crescendo pour des derniers épisodes étouffants.

Si le format narratif est similaire à celui de Stardust Crusaders, il est mieux travaillé et plus agréable à suivre. La succession de combats n’est pas anodine, elle sert l’histoire. Cela permet un développement souvent approfondit des personnages, aucun n’est laissé de côté, et ce quelque soit le groupe. C’est vraiment un point appréciable.

Chacun est porté par une forte détermination qui lui est propre et qui reste une thématique phare de la saga Jojo. Les stands sont bien sûr de la partie, encore une fois l’auteur se révèle génialement inventif et nous avons droit à de sacrés combats dont certains, il faut l’avouer, sont passablement bordéliques mais terriblement captivants. On en redemande !

Les personnages sont incroyablement nombreux et aucun n’est oublié. GioGio intègre la brigade de Buccellati, personnage grandement charismatique, intelligent et puissant. Le groupe est également composé de 4 autres personnages, Abbacchio, Mista, Narancia et Fugo. Ils ont tous été malmenés par la vie mais les voilà soudés pour le meilleur et pour le pire. A cela, il faut ajouter un protagoniste féminin dont l’évolution fait plaisir à voir.

Dans le camp de la Passione, il y a l’unité de La Squadra, formidable antagoniste dont les membres nous sont rendus sympathiques grâce à leur développement. On saisit parfaitement leur volonté et puis Risotto, quoi !

C’est une partie qui n’épargne rien à ses personnages, vous voilà prévenus !

L’animation est très agréable. C’est coloré, c’est très fun dans la mise en scène (un passage de l’épisode 7 est absolument magistral). Malgré tout, quelques couacs se glissent dans les proportions et parfois c’est moche. Dans l’ensemble le rendu est excellent. Le tout est magnifié par la musique qui est époustouflante. Les opening/ending sont incroyables, très jojoesque !

Fiche réalisée grâce à l’accès presse de Crunchyroll et ADN.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Golden Wind est une de mes parties préférées, portée par des personnages ultra charismatiques et attachants. Elle met en lumière le génie inventif d’Araki. Regardez Jojo !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)