Knights of Sidonia

Knights of Sidonia

Avis principal par Kûkaku

Résumé : Dans un lointain futur, l’humanité navigue aux confins de l’espace depuis 1 000 ans. Mais à nouvelles frontières, nouvel ennemi ! Les redoutables Gaunas, de très loin supérieurs à l’humanité, ont détruit la Terre et poursuivent les survivants sans relâche. Les hommes, réfugiés dans de gigantesques navires spatiaux, mettent au point une arme révolutionnaire, les Sentinelles, pour tenter de faire face à la menace. Tanikaze Nagate, est né dans les entrailles du Sidonia, l’un de ces navires. Il est alors recruté pour piloter une Sentinelle. Source : Manga News

 

Vus n’aimez pas la robotique et les mechas type Gundam, Evangelion ou encore Broken Blade? Cet anime n’est donc pas fait pour vous, assurément pas.

Si par contre vous aimez ce genre, accrochez-vous bien. Même en étant un fan inconditionnel d’anime type mecha, il peut être dur de surmonter la mauvaise impression ressentie lors du premier épisode. Malgré tout, si on arrive à continuer, on a vite fait de remarquer que Knights of Sidonia est en fait une petite perle de l’animation japonaise malgré ses graphismes plutôt douteux.

Eh bien oui, pour ma part, je pense avoir vraiment bien fait de continuer, car le scénario déroulé est réellement captivant une fois le premier épisode passé!
Tout débute lorsqu’un jeune homme qui semble vivre seul au milieu de nulle part, décide, suite aux protestations de son estomac, de sortir de son trou afin d’aller combler celui creusé dans son ventre par la faim et la soif. Malheureusement pour lui, tout ne se passe pas sans accroc une fois à la surface et il se retrouve à essayer de fuir les gens qui lui courent après. Sa tentative de fuite se révèle infructueuse, et il se retrouve alors propulsé dans un monde dont il ne connait rien. Nagate Tanikaze -parce que oui c’est lui- est en effet, suite à quelques mésaventures de plus, placé dans l’école de pilotes de Sidonia. La capitaine du vaisseau, semblant connaître l’homme qui a élevé Tanikaze sous la « terre », décide de lui attribuer une ancienne Sentinelle (un mecha) légendaire -le Tsugumori- et espère bien faire de lui un Chevalier de Sidonia capable protéger l’humanité contre les Gaunas, créatures extra-terrestres ayant détruit le système solaire.

Bon, on est d’accord, le thème de l’humanité menacée ou des guerres est souvent présent dans les mechas, certains trouvent cela redondant, mais comme dit plus tôt, si vous n’aimez pas les mechas, qui se basent sur ces thèmes, passez votre chemin. Autrement, poursuivez! L’histoire est réellement entraînante et devient de plus en plus passionnante à chaque épisode. Elle nous permet de suivre l’évolution de Tanikaze au sein de cette nouvelle société dont il ignore tout, de le voir prendre les armes, créer des liens avec ses camarades et on remarque même rapidement l’apparition de rivalités entre certains personnages. C’est également l’évolution de la rivalité -quasiment à sens unique- entre Tanikaze et un de ses camarades qui est un des fils directeur de la série, et cela se démarque énormément dès la fin du 6ième épisode et encore plus dans le suivant. Le monde de notre protagoniste est alors chamboulé, et sa détermination prend alors une toute nouvelle importance, ce qui est réellement passionnant.

Le tout se déroule dans une ambiance relativement sombre, de par la présence des Gaunas qui se fait de plus en plus insistante et menaçante, mais qui sait s’alléger lorsque cela est nécessaire, histoire de ne pas avoir un anime trop déprimant xD Non non, le but n’est pas que l’on se tire une balle ou que l’on pique une crise d’angoisse devant un épisode de Knights of Sidonia xD (Cela parait exagéré, mais ça m’est arrivé devant Rainbow hein! Je parle avec expérience xD Mais bon, KoS est carrément plus léger que ce dernier quand même)
Bref, je disais donc, ce petit décalage est surtout permis par la découverte de Sidonia en même temps que Tanikaze, de toutes ces petites choses auxquelles il n’est pas habitué, et par ses réactions parfois assez drôles et inattendues. Dans un sens, c’est intéressant pour nous aussi également, parce qu’on découvre en même temps que lui un monde qu’on ne connait pas, et bref, j’aime ça.

Le point qui pourrait alors vous faire déchanter, c’est sans aucun doute la technique d’animation utilisée pour l’anime. Oui, la 3D est moche. Vraiment moche, punaise. Au départ, je me suis dit que je ne pourrais pas me faire tout un anime avec une animation aussi laide et lente et perturbée, un chara-design aussi inexpressif, des couleurs aussi fades… Et pourtant, me voilà à chanter les louanges de cette série, aha
Ben oui, il faut dire que j’adore tout ce qui touche aux mechas, vraiment, et que l’histoire de celui m’emballe tellement que j’ai même réussi à faire abstraction de cette horreur visuelle. Et puis, bon, on critique, on critique, mais il faut quand même dire que c’est bon quand c’est bon, alors oui, il y a tout de même certains passages qui ressortent plutôt bien en 3D. On pourrait presque dire même que les seuls passages potables en 3D sont les périodes de combats et lorsque les pilotes sont dans leurs Sentinelles, le meilleur quoi! xD (Et puis, l’interface de contrôle des Sentinelles, je suis sous le charme)
Sinon, mis à part ce gros point plutôt négatif, à côté de ça c’est un sans faute : la bande son est absolument superbe. L’opening d’Angela est juste épique, parfaitement en phase avec l’ambiance de l’anime, les insert songs sont tous aussi géniaux les uns que les autres et l’ending couple parfaitement avec l’esprit un peu dérangé et futuriste de la série. A ce niveau, vraiment, que du bon de mon point de vue.

Enfin, pour finir brièvement, parlons un peu de Tanikaze et ses quelques compatriotes. Le premier est réellement plaisant à suivre, et comme je l’ai dit, c’est intéressant d’évoluer en même temps que lui. J’insisterais donc plus ici sur les quelques autres personnages qui ont piqués ma curiosité et mon intérêt.
Tout d’abord, on retrouve la capitaine de Sidonia Kobayashi, qui associée à la cuisinière Hiyama nous cache encore bien des secrets. Il semblerais que celle ci dirige le vaisseau depuis longtemps, qu’elle soit la seule survivante d’une ancienne expédition, et qu’elle prenne part à un conseil assez particulier. A côté de ça, j’aime également la « relation » -si on peut appeler cela une relation- qu’elle entretient avec Tanikaze.
Vient ensuite son second Seii Ichiro, que j’apprécie sans aucune raison particulière pour le moment, son caractère me plait, et j’aime la façon dont il considère les choses, notamment lorsqu’il fait confiance à Midorikawa -autre personnage que j’apprécie-. Pour finir et ne pas trop m’étaler, un dernier personnage m’intéresse, mais plus dans le mauvais sens du terme. C’est Kunato, le rival autoproclamé de Tanikaze, tête à claque en chef et genre de mec insupportable. J’ai franchement envie de savoir comment son conflit avec Tanikaze va se dérouler et surtout se finir.
Bref, je pourrais en dire plus, mais pour conclure, je dirais simplement qu’il y a ici foule de personnages relativement intéressants et sympathiques à suivre. Encore un bon point à rajouter à la série.

 

  • Scénario
  • Dessin
3.1

En conclusion

Une série réellement bonne pour les mordus de mecha, mais seulement si l’on arrive à supporter le design trop original. Une fois ce « petit détail » oublié, on ne peut que profiter et apprécier!

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)