L’Ère des Cristaux

L’Ère des Cristaux

Avis principal par Beldaran

Résumé : Dans un très lointain avenir, les humains ont disparu. Ne reste qu’une nouvelle forme d’êtres vivants minéraux, les “gemmes”, se livrant à une guerre contre les Séléniens, une race lunaire mystérieuse. Chez ces êtres de cristaux, la valeur guerrière tient à la résistance du cristal. Phos, être de cristal fragile, tente d’exister dans un conflit pour lequel il n’est pas taillé. Incapable de guerroyer, il s’attèle alors à rechercher les origines du conflit dans l’Histoire de leur monde. Qui, de l’historien ou du combattant, mettra fin à la guerre ? Source : Glénat

Lors de la sortie du manga en France aux éditions Glénat, j’ai été attirée par la couverture brillante en librairie mais malheureusement, j’ai eu du mal à terminer le premier tome. L’annonce de l’adaptation animée diffusée sur la plateforme ADN la saison dernière m’a intriguée et résultat j’ai enchainé les 12 épisodes dans la journée, totalement fascinée par l’histoire. L’anime adapte avec plus ou moins de fidélité les 5 premiers tomes.

Les humains n’existent plus et la terre après de multiples catastrophes a vu sa partie terrestre considérablement réduite. L’univers, particulièrement bien construit, se dévoile lentement en arrière-plan, du combat qui oppose les gemmes qui habitent la terre et les Séléniens qui peuplent la lune. Ce monde est très intéressant à découvrir avec ses références hindouistes et bouddhistes. L’ambiance est particulière et gagne en intensité au fil des épisodes, en nous faisant passer par de nombreuses émotions. Le motif de l’animosité des séléniens envers les gemmes est léger, très léger. Il m’est difficile d’en parler plus en détail sans vous spoiler mais cela doit être lié à leur nature même. La narration ménage avec brio les scènes d’action avec celles plus contemplatives. L’humour est présent, même si le ton change vers le milieu de la saison.

Le point incroyable du récit, au-delà d’un univers cohérent, est le développement du personnage de Phosphophyllite ou Phos qui est réellement brillant.

L’évolution de Phos va de pair avec celle de l’histoire. Il apparaît assez agaçant au début et fait un peu tache au milieu des autres gemmes qui ont toutes un rôle déterminé et qui s’y tiennent. J’écris « elles » mais comme se sont des gemmes, elles n’ont pas de sexe, d’ailleurs c’est le masculin qui est retenu dans la traduction. Il est plaisant de découvrir leurs caractéristiques et d’en apprendre toujours plus tout au long du récit. Même si Phos, tire son épingle du jeu par son caractère et le revirement complet de ce dernier suite à un certain évènement, les autres gemmes ne sont pas en reste et malgré leur nombre, nous ne sommes pas perdus. Elles sont toutes attachantes. Le maître Vajra est plus mystérieux et le restera jusqu’à la fin, même si comme Phos, nous avons de gros doutes.

Je crois que ce qui a fait que j’ai énormément accroché à cette adaptation, c’est l’animation qui prouve que le 3D CGI quand elle est bien utilisée, c’est magnifique. Le rendu des gemmes, surtout leurs chevelures est incroyable. Les scènes d’action sont fluides. Les décors sont superbes, notamment le passage qui se déroule en hiver.

Les musiques sont formidables et renforcent l’ambiance si particulière de la série. L’opening et l’ending sont très beaux.

 

  • Scénario
  • Dessin
4.5

En conclusion

L’Ère des Cristaux fut une très agréable surprise grâce à son histoire originale et ses personnages attachants. En attendant la saison 2 (j’y crois), je vais me relancer dans le manga.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)