Toshokan Sensou : Kakumei no Tsubasa

Toshokan Sensou : Kakumei no Tsubasa

Avis principal par Kûkaku

Résumé : Kasahara Iku et Dojo Atsushi reçoivent une requête urgente en plein milieu de leur rendez-vous, lorsque le Japon est ébranlé par une attaque terroriste. Leur nouvelle mission est alors de protéger un auteur, Touma Kurato, recherché par les forces du comité de censure. Entre temps, les relations entre chaque parti se dégradent…
Source : Kûkaku

Je l’attendais ce film, j’avais vraiment hâte de le voir à la suite de l’anime, et je ne le fais que maintenant…

Histoire de vous re-situer un peu, au Japon, durant l’ère Seika, les livres et médias sont affreusement contrôlés et censurés lorsqu’ils ne plaisent pas au gouvernement. Une force de défense pour la liberté d’expression et la protection des livres a été dressée. Nous suivons alors durant l’anime l’histoire de Kasahara, jeune recrue de cette force de défense pour la liberté d’expression, et celle de Dojo, son instructeur.
Ici, l’histoire du film prends place après la fin de l’anime, et commence lorsque Kasahara doit se rendre à un rendez-vous avec Dojo. Ils sont cependant interrompus en plein milieu de celui-ci par un appel du QG, et doivent retourner à la base militaire pour commencer une nouvelle mission. Un groupe de terroriste aurait en effet pris exemple sur une fiction afin d’attaquer une centrale nucléaire. L’auteur de la-dite fiction est donc recherché par le comité de censure, et la force de défense pour la liberté d’expression se charge alors de le protéger.

Il est vrai que j’ai trouvé le début un peu long, puisque la première partie du film manque un peu d’action. Mais cette partie est en fait nécessaire pour lancer la machine, comme on pourrait dire, et une fois que celle ci est partie, plus rien ne l’arrête. Tous se passe ensuite très rapidement, et la deuxième moitié du film est donc très riche en courses-poursuites et actions. Bref à part ca, j’ai trouvé que le scénario était vraiment bien ficelé, de nouveau tous les personnages ont un rôle à jouer, même s’il faut avouer que Kasahara, Dojo et Touma s’approprient pas mal la caméra. Le côté politique et stratégique est laissé de côté pour la belle et intelligente Shibasaki, et cet aspect n’est pas en reste. Comme je l’ai dit, le film démarre lentement, et c’est durant cette partie que les fils conducteurs se mettent en place afin de construire le scénario. Shibasaki joue un grand rôle de ce côté, et nous expose tous les problèmes politiques du Japon actuel. Son envie est alors de créer l’histoire, d’intervenir concrètement dans celle-ci, et de déclencher une révolution au Japon. De leur côté, Kasahara et Dojo se chargent de la protection de Touma, des combats et des courses-poursuites.
En bref, côté scénario, le film est très bien fait, et continue bien dans le même esprit que l’anime avant lui.

Côté animation, graphisme et personnages, on reste toujours au top niveau, avec les mêmes gros bons points de l’anime : de très beaux graphismes, de beaux combats et une belle animation rapide et fluide quand il le faut, et des personnages tout simplement géniaux.

Le duo Kasahara/Dojo est toujours excellent à suivre, avec cette romance humoristique incessante. Au début, ils sont en rendez-vous galant, même s’ils ne veulent pas l’admettre, mais comme on l’espérait sûrement tous/toutes, l’histoire évolue, et elle évolue sérieusement. Ils se charrient toujours autant, aussi bien qu’on penserait peut être que n’a changé.

Mais bref, j’ai vraiment encore beaucoup ri devant leur duo.
Après, comme je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup aimé le rôle joué par Shibasaki, celle-ci étant accompagnée par les frères Tezuka.
J’ai également beaucoup aimé le personnage de Touma-sensei, l’auteur en fuite. Celui-ci me paraissait au début quelque peu insensé, et semblait ne pas comprendre la situation dans laquelle il se trouvait, n’appréciant donc pas l’aide de Kasahara et Dojo à sa juste valeur. Pourtant, au cours du film, un drôle de lien se forme entre Touma et Kasahara, et ce mélange d’amitié, d’admiration et de devoir est vraiment sympathique à regarder. La relation qui s’est établie entre les deux personnages est assez difficile à décrire, mais celle-ci a permis à l’auteur de percuter la réalité et l’a donc fait changer d’avis par rapport à tout ça. C’est un personnage qui s’est révélé réellement attachant sur la fin.

Autre petite mention à Iname, l’ancien commandant chez qui réside Touma pendant un petit moment. J’ai bien aimé le caractère de ce personnage et son histoire. Il a également fait preuve de courage et a permis à Touma de s’échapper lorsque le comité de censure a débarqué chez lui. Un brave homme avec un petit rôle clé.

Bref.
Petit mot sur la fin, qui est juste claire, précise et signe de victoire, bref, parfaite. On a le droit qu’a un minute d’épilogue, mais c’est largement suffisant pour savoir ce qu’il en est devenu. Une très bonne façon de clôturer la série. (On notera le grade obtenu par notre héroïne).

Mis à part tout çà, je n’ai pu m’empêcher de penser aux petites claques données par ce film. On se doute forcément que toute cette histoire de censure, associée à un désastre nucléaire, ce n’est peut être pas si innocent que ça?

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Un très très bon film sur tous les plans, qui continue et clôture parfaitement bien la série déjà très bonne qui lui a précédé. J’ai adoré!

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)