Vanishing Line

Vanishing Line

Avis principal par Beldaran

Résumé : La métropole de Russell est sous le joug quotidien de monstres démoniques venus d’une dimension magique. Sword, le chevalier Makai, se bat chaque jour en secret pour défendre la ville de ces créatures qui cherchent à prendre possession de ses habitants. Un jour, en plein milieu d’un combat, il fait une découverte qui va bouleverser sa routine ; celle d’un étrange mot clé : « El Dorado ». Derrière ce terme semble se cache un terrible complot orchestré par les monstres démoniaques. Commence ainsi une enquête de longue haleine pour Sword, épaulé par Sophie, une jeune femme dont il fait la rencontre alors qu’elle se trouvait également sur la piste d’ « El Dorado », seul indice la rattachant à son frère disparu. Sword est lui aussi affecté par la disparition de sa petite sœur, créant un lien entre les deux jeunes gens. C’est le début d’un voyage où les sentiments s’entremêlent. Source : Wakanim

A l’origine de la série animée se trouve le tokusatsu de même nom, créé par Keita Amemiya et qui compte de nombreuses saisons. La première série animée, intitulée Garo – Honō no Kokuin, s’est révélée très sympathique, la deuxième, Garo – Guren no tsuki, beaucoup moins avec un rythme particulièrement mou et des personnages assez creux. L’annonce de cette troisième série me laissait donc perplexe mais j’ai finalement passé un agréablement moment.

L’anime de 24 épisodes est découpé en deux arcs. Le premier qui présente l’univers, l’intrigue principale et les différents protagonistes. Le second se compose d’un road-trip qui conduit au lieu de l’affrontement final. L’histoire se déroule dans un univers où la technologie est très avancée et où Zaruba s’incarne en moto. Ce dernier point peut sembler surprenant mais Zaruba est classe. Les premiers épisodes présentent le nouveau Garo et les prêtres Makai, d’ailleurs le rôle de ces derniers est bien développé et mis en avant. L’intrigue principale tourne autour du fameux Eldorado. Elle met un moment à démarrer et se révèle prévisible sur certains points. Le récit est donc plutôt linéaire et classique dans sa mise en place mais la narration reste bien rythmée. En revanche, le combat final, tant attendu est grandement expédié et pas fou-fou mais la dernière scène est formidable.

Du côté des horrors, le bestiaire aurait pu être plus intéressant. Le grand méchant prend beaucoup de place dans la seconde partie mais son concept est plutôt bien trouvé.

Les personnages sont nombreux et forment un groupe attachant. Le chevalier d’or de la série, Sword, a un physique imposant, il est balèze et a un faible pour les grosses poitrines. Passé ce dernier point, c’est un homme loyal qui fait honneur à son titre de Garo. Un drame personnel le rapproche de la jeune Sophie qui est à la recherche de son frère. Cette dernière a du caractère et connaît une évolution pertinente au fil de l’histoire. Nous avons droit à deux prêtres Makai, Luke le ténébreux aux cheveux argentés, torturé par son passé et Gina qui est très forte également. Autour du quatuor gravite de multiples personnages plus ou moins travaillés.

La qualité de l’animation faiblit au fil des épisodes et c’est dommage. Sur les derniers épisodes, on a du mal à reconnaître certains visages. Les combats sont bien fichus et dynamiques, même si les jeux de caméra donnent parfois un rendu assez brouillon.

Les musiques sont sympathiques, mention spéciale aux opening comme toujours avec Garo qui sont vraiment bons.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Vanishing Line enrichit un peu plus l’univers des chevaliers Makai et tout comme les deux premières séries devrait bénéficier d’un film.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)