Bakemonogatari

Bakemonogatari

Résumé :

À un détail près, je pourrais être un lycéen banal. Depuis qu’une vampire légendaire m’a mordu et transmis ses pouvoirs, mon quotidien a basculé. Et alors que je pensais avoir eu ma dose de phénomènes paranormaux, voilà que je me retrouve embarqué dans une autre étrange affaire. Car en empêchant une camarade de classe de faire une mauvaise chute, j’ai découvert son secret : son corps ne pèse pratiquement rien ! En cause : une entité chimérique dont moi, Koyomi Araragi, suis bien décidé à la débarrasser à tout prix ! Laissez-moi vous conter l’histoire incroyable de Senjôgahara, la jeune fille qui avait conclu un pacte avec un dieu-crabe. Source : Pika

Avis principal par Beldaran

Le mois dernier les éditions Pika ont publié la première partie de la saga Monogatari Series, signée NisiOisiN avec le premier volume de Bakemonogatari – Légendes Chimériques et son adaptation manga, dessinée par Oh! Great. Je connaissais de nom grâce aux différentes adaptations animées (BakemonogatariNisemonogatariNekomonogatari Noir) mais ne m’étais jamais lancée. Le manga ne m’intéressant pas, c’est avec curiosité que j’attaquais la lecture de ce premier tome qui s’est révélée formidablement surprenante.

Nous suivons le quotidien presque ordinaire d’un lycéen quasi banal du nom de Koyomi Araragi. C’est à travers ses yeux et surtout ses pensées que nous découvrons un univers quasiment identique au notre, à un détail près, constitué d’un panel de yokai, divinités et autres démons. Ce monde, au fil des pages, apparaît particulièrement riche et surtout bien construit. Nous avons envie d’en apprendre plus, même si, je reconnais qu’au début il faut s’accrocher car j’ai eu le sentiment qu’il me manquait des éléments, notamment au sujet l’évènement majeur qui a changé la vie de Koyomi. J’espère en apprendre plus par la suite.

La narration est très intéressante car elle est à la première personne du singulier. Le procédé permet une lecture immersive et vraiment emballante. Il faut noter que le déroulement du récit est assez lent car il laisse le temps aux personnages de s’exprimer et finalement se sont leurs réflexions qui le construisent.

Le volume est découpé en deux histoires qui mettent en avant un personnage féminin différent. Elles sont construites sur le même schéma que des enquêtes policières et sont alimentées par les réflexions et les échanges totalement surréalistes des protagonistes. Le dénouement des deux récits est surprenant, même si l’auteur nous donne à chaque fois les clefs pour trouver la solution nous-même. C’est très bien fait et très plaisant à suivre.

La première histoire nous permet de découvrir le personnage principal Koyomi Araragi et surtout la lycéenne Hitagi Senjôgahara qui a un problème de poids. La jeune fille m’a profondément agacée au début mais une fois qu’on passe le cap, on accepte ce personnage totalement délirant qui a été marqué par une expérience traumatisante. Au fil des pages, j’ai apprécié les échanges entre Koyomi et Hitagi, totalement hors-sols qui ne sont pas toujours évident à suivre.

La seconde histoire met en avant un nouveau personnage féminin, la jeune Mayoi Hachikuji qui présente un problème assez particulier. Koyomi se dévoile un peu plus dans cet épisode mais il est difficile d’en écrire plus sans gâcher la lecture.

Les chimères croisées à l’intérieur du volume soulignent le mal-être, les douleurs psychologiques de ces jeunes gens. La créature n’est jamais choisie au hasard.

J’ai failli l’oublier mais un personnage excentrique est récurrent dans le récit, Meme Oshino, sorte d’exorciste, il possède de multiples connaissances sur le monde caché et ses interventions sont souvent (toujours tortueuses).

Qui dit light novel dit illustrations et là, c’est la douche froide. Nous avons le droit à deux misérables illustrations au début des deux histoires et c’est tout. Grande déception.

En ce qui concerne l’édition, l’éditeur français a choisi de transformer le diptyque japonais en trilogie, choix curieux surtout lorsqu’on constate la taille de la police et un texte un peu perdu sur des pages trop grandes. Résultat, l’ensemble se lit très vite. Autre élément surprenant, la postface de l’auteur, datée de 2016 alors que l’ouvrage est paru en 2006 au Japon.

Pour la traduction, on sent que cela n’a pas dû être facile à adapter car il y a de nombreux jeux de mots et j’ai d’ailleurs eu le sentiment de passer à côté d’un certain nombre. Afin d’apprécier pleinement la lecture, il manque des notes de bas de pages explicatives concernant certains éléments, même s’il y en a quelque ’unes. A noter également, la présence de quelques coquilles.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

  • Scénario
  • Dessin
3.3

En conclusion

C’est une excellente entrée en matière pour Bakemonogatari. L’univers est riche et l’histoire, surréaliste, est profondément captivante. Je conseille !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

2 commentaires au sujet de « Bakemonogatari »

  1. « En ce qui concerne l’édition, l’éditeur français a choisi de transformer le diptyque japonais en trilogie, choix curieux surtout lorsqu’on constate la taille de la police et un texte un peu perdu sur des pages trop grandes. Résultat, l’ensemble se lit très vite. Autre élément surprenant, la postface de l’auteur, datée de 2016 alors que l’ouvrage est paru en 2006 au Japon. »

    Pika réédite la la réédition japonaise sorti y a pas si longtemps au japon et en 3 tomes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)